Français
Français

Guillaume Pitron

20 septembre 2021

Difficile de s’en rendre compte, mais en utilisant le numérique et les objets qui y sont liés, nous engendrons des montagnes de déchets.

 

En likant par exemple votre page Instagram favorite, vous impactez l’environnement. Centre de données, réseaux énergétiques, mines, câbles sous-marins… des infrastructures sont mobilisées pour nous divertir et travailler. À quels coûts ?

 

Dans son nouveau livre “L’enfer numérique. Voyage au bout d’un like ” (Editions LLL), Guillaume Pitron a enquêté, sur quatre continents, sur l’impact matériel de nos vies présentées comme “virtuelles”. Il en ramène un constat nourri d’observations de terrain et souhaite nous sensibiliser au gouffre écologique que produit l’utilisation de nos Smartphones et de nos ordinateurs.

L’empreinte matérielle et carbone d’un objet électronique se mesure dès sa conception, et ne fait qu’augmenter pendant son cycle de vie. Ainsi, Guillaume Pitron nous apprend qu’il faut compter de 32 kilos de matières premières pour produire une simple puce de deux grammes.

Dans un monde où la transition écologique est plus que d’actualité, les dégâts engendrés sur l’environnement par l’utilisation de ces technologies ne sont pas suffisamment soulignés.

Les entreprises souhaitent se renouveler en incorporant une nouvelle vision du  numérique dans leur façon de travailler… mais comment sensibiliser leurs collaborateurs, calculer leur empreinte digitale et la diminuer ? Ici est portée une partie de la réflexion de notre spécialiste. Il n’est pas question de condamner ces technologies mais de repenser leur utilisation en appliquant des solutions concrètes afin de s’attaquer à l’un des défis écologiques majeurs des prochaines décennies.